La résidence d’écriture d’Écrire à Tokyo – Présentation

Ecrirea.tokyo propose une résidence d’écriture à Tokyo hors norme. Attention, cette résidence ne ressemble pas à celles qui viennent immédiatement à l’esprit ; le mot « résidence » est ici à prendre au sens le plus large possible (et ce littéralement, comme vous allez le constater). Il s’agit bien d’offrir un environnement propice à la création littéraire et de soutenir les auteurs, mais selon des modalités inhabituelles. En l’absence de budget, de sponsor et de lieu dédié, nous proposons une résidence d’un genre nouveau qui couvre tout le territoire de Tokyo et offre deux éléments indispensables : des recommandations de lieux où écrire à Tokyo, et donc une résidence mobile ou itinérante, et la possibilité de rencontres avec des participants d’Ecrirea.tokyo résidents.

Les lieux d’écriture suggérés le sont en connaissance de cause. Ce sont des lieux d’ancrages, souvent des cafés, mais aussi des squares et parcs, pour lesquels existe un attachement véritable.

Les rencontres fonctionnent sous l’égide du don réciproque : don d’abord de temps libre, denrée rare, de la personne ouverte à l’idée de vous accueillir à Tokyo pour parler écritures et ville, et don de votre part dont la substance et la teneur sont dépendantes de votre imagination. Don ne signifie pas nécessairement octroi d’objets marchands. Votre présence et vos histoires sont aussi une forme de don.

Pour qui veut lire plus, quelques jalons et pensées brèves

Le mouvement est permanent.

Une résidence fixe d’écrivain est une aberration commune, la norme.

Des rencontres empathiques à destination ne sont en rien une nouveauté. Il s’agit d’un emprunt à Jim Haynes, citoyen américain qui a longuement vécu à Paris où il tenait salon – dîner – pendant des années à peu près une fois par semaine. Il a publié des guides-catalogues de personnes avec leurs coordonnées dans principalement des pays d’Europe de l’est ouverts à la rencontre de voyageurs qui entreraient en contact.

A destination, il existe deux types de rencontres : avec un milieu stratégique, avec des gens de diverses horizons. Un troisième type est la rencontre à objectifs sexuels qui n’entre pas en compte ici, sinon qu’en littérature peu exposée.

La seule raison valable de voyager est de rencontrer, dixit Jim Haynes, plus ou moins dans ces termes.

La dimension mouvement, l’hors solisme, est le facteur majeur qui nourrit les possibles de l’écriture à destination.